Adèle ROY Laissez un commentaire

L’autohypnose : une aide précieuse en période de confinement

hypnose pour les enfants

Nous vivons une époque particulièrement difficile depuis l’arrivée du Covid-19.
Ces périodes de confinement ont pu avoir comme conséquence de générer des changements qui nous sont inconfortables, de nous déclencher des angoisses ou encore d’avoir amplifié des troubles préexistants. Ainsi il devient très utile d’avoir des outils pour piloter nous-même notre cerveau, pour gérer nos émotions et certains de nos comportements que nous voudrions complètement faire évoluer.
Pour cela, autant apprendre l’autohypnose dès maintenant.

L’ autohypnose, c’est quoi ?

Le principe de l’autohypnose est de mettre en mouvement une partie de notre cerveau pour effectuer des changements dans nos comportements spontanés et dans notre manière de vivre nos émotions.
Depuis l’enfance nous avons appris à utiliser notre intelligence consciente : notre mental, qui est logique et rationnel. Cela nous a été très utile pour apprendre à compter, à planifier, structurer, et continue de l’être au quotidien…
Mais cette intelligence ne sait pas intervenir dans nos mécanismes inconscients.

Ainsi notre mental est bien impuissant pour se dresser contre une vague de colère ou d’angoisse, ou encore face à une pulsion de grignotage ou à une phobie. L’outil efficace pour réguler nos émotions et comportements, est celui qui les a programmés : notre inconscient.

Depuis nos premiers instants de vie, notre inconscient nous a élaboré des systèmes de défense, de survie, d’adaptation, ou encore d’association… Certains de ces fonctionnements nous conviennent bien. Cependant certains de ces mécanismes ont fini par dérégler le degré avec lequel nous ressentons nos émotions. Par exemple ils peuvent nous générer une peur disproportionnée dans le cas de phobies (avions, ascenseurs, araignées…) ou d’examens scolaires, ou encore dans certaines situations professionnelles. Parfois nous constatons que notre colère monte trop haut, ou notre agacement se déclenche trop vite…

D’autres fonctionnements inconscients ont programmé des automatismes qui ne nous conviennent pas ou plus. Par exemple, en cas de fatigue, de stress ou d’ennui, se déclenchent chez certains d’entre nous des pulsions alimentaires ou des réactions inappropriées. Il s’agit d’apprendre à utiliser son inconscient pour refaire des réglages internes. 

Nous pouvons tous le faire nous-même. C’est l’intérêt de l’autohypnose.

Comment ça fonctionne, l’autohypnose ?

Des techniques simples nous permettent dans un premier temps de générer un état hypnotique léger. Dans cet état le mental est toujours présent, nous sommes toujours conscients, et en même temps, l’activité cérébrale dans certaines zones du cerveau est stimulée par rapport à l’état d’éveil habituel.

Nous allons justement profiter de cet état, où certains groupes de neurones sont très actifs et connectés, pour leur demander d’effectuer des changements durables. C’est le deuxième temps de la séance d’autohypnose. Dans cette deuxième phase, des techniques sont à utiliser pour agir sur nos objectifs: se libérer du stress, des phobies, des insomnies, des addictions (tabac, alimentation, boissons, jeux…), des tics nerveux, ou installer durablement la confiance en soi, l’enthousiasme, la prise de recul, la vitalité...


Lors de la pratique de ces méthodes, l’idée est que notre inconscient agisse sur les modes de fonctionnement internes qu’il nous convient de retirer, remplacer, ajuster ou renforcer, compte tenu de qui nous sommes devenus, avec nos valeurs, nos besoins profonds, notre personnalité, notre expérience de la vie…

L’autohypnose, c’est pour qui ?.

Certains utilisent l’autohypnose aussi bien dans leur vie professionnelle, que dans leurs relations avec leur proche (sérénité, confiance, patience…).
Les sportifs de haut niveau l’utilisent pour gérer leur pression avant et pendant les compétitions, et pour améliorer leurs performances (endurance, concentration…).
Les étudiants qui connaissent l’autohypnose l’utilisent pour piloter leur stress par rapport aux examens, pour accroître leurs capacités de mémorisation et de concentration..


Ces techniques sont simples. En une journée de formation, il est possible d’apprendre à se faire soi-même des séances en toute autonomie. Parfois même, des familles, parents comme enfants (à partir de 12 ans), viennent se former ensemble.

Ces périodes agitées peuvent justement être l’occasion pour nous de reprendre les rennes de notre cerveau, pour mettre définitivement nos peurs à bonne distance, renforcer durablement notre estime de nous-même, rétablir notre sommeil, programmer de nouveaux comportements, réguler nos colères, culpabilités, frustrations, impatiences, nos tendances à la procrastination… et développer nos capacités, notamment en situation de télétravail ou de cours en visioconférence.

Apprenez les bases en une journée seulement ! Pour en savoir plus cliquez ici 🙂

Sylvain Brosset
Hypnothérapeute, conférencier et formateur
contact@echo-logos.com
09 83 54 38 63

>> A lire aussi : L'hypnose et les enfants : démêler le vrai du faux

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.